Vérifier les informations à l’heure de la post-vérité et du big data

Pierre Memheld, Université de Strasbourg

L’actualité récente regorge de fausses informations, de rumeurs, de « faits alternatifs » ou de désinformation pure et simple. Le défi est double : d’une part arriver à suivre le rythme de l’information diffusée par de plus en plus de canaux et d’intermédiaires, les médias ; d’autre part, réussir à vérifier l’information diffusée pour s’assurer de son exactitude ou objectivité. La nature même des médias, eux-mêmes confrontés aux défis ci-dessus, est d’assurer un droit du public à une information de qualité, complète, libre, indépendante et pluraliste.

Or, les formats papiers, télévisuels ou même Internet sont de plus en plus contraints. Peut on fournir en 1/8e de page, ou en 30 secondes, une information complète ? Comment faire pour fournir une information indépendante lorsque tous les groupes de presse appartiennent à des fortunes privées ? Où trouver chaque jour des spécialistes, experts, de sujets pour apporter leur analyse en continu ?

Face aux « opérations d’information » russes, efficaces car venant en soutien à leurs opérations tactiques, ou aux déclarations du Président Trump, tonitruantes mais correspondant à ses déclarations de campagne, des médias ont commencé à réagir. Certains proposent des « ressources pour la collecte et la vérification d’informations à destination des journalistes » ou « un outil de vérification de l’information … les Décodeurs, venons en aux faits ».

On pourrait critiquer ces initiatives en remettant en doute leur objectivité, les médias présentant souvent une orientation politique, présentée comme ligne éditoriale, contraire à la charte de déontologie de la profession en France :

« un journaliste tient l’esprit critique, la véracité, l’exactitude, l’intégrité, l’équité, l’impartialité, pour les piliers de l’action journalistique ; tient l’accusation sans preuve, l’intention de nuire, l’altération des documents, la déformation des faits, (…) la non vérification des faits, pour les plus graves dérives professionnelles (…) proscrit tout moyen déloyal et vénal pour obtenir une information (…) n’use pas de la liberté de la presse dans une intention intéressée (…) ne confond pas son rôle avec celui du policier ou du juge ».

Cette approche est saine d’autant que la diffusion d’information volontairement, ou non, fausses ou biaisées peut avoir des conséquences judiciaires, jugée comme diffamation, violation du secret défense ou du secret de l’instruction.

Un exemple de fausse information économique : Vinci

Il faut ici mettre cette problématique en perspective avec un cas récent ayant touché la société Vinci : le 22 novembre 2016, le cours en bourse de la société a brusquement chuté après la diffusion à quelques rédactions, et aux principales agences d’information, d’un faux communiqué annonçant le licenciement du directeur financier de la société suite à de mauvais résultats.

Malgré des « indices étonnants » certaines des agences, dont une très importante en matière financière (Bloomberg), ont diffusé ce communiqué, sans aucune vérification, entraînant une perte de capitalisation de 7 milliards d’euros sur 36 le jour même. Pire, un faux démenti est parvenu aux rédactions. Le vrai démenti de Vinci est arrivé immédiatement après.

En l’espace d’une heure pourtant le mal était fait : le temps de l’attaque rends difficile la vérification du fait, au vu des volumes d’informations ne serait ce que sur cette société, l’action se déroulant sur moins d’une heure. On pourrait alors dire que les médias diffusent de fausses informations en oubliant qu’une partie des communiqués sont générés et utilisés quasi automatiquement par des robots. Au demeurant la sensibilité du sujet, et le fait que des cas similaires ont déjà eu lieu, devrait pousser les rédactions à une attention particulière pour les informations dont la diffusion a clairement un impact financier et donc social.

Accélération, accumulation

Certains journalistes eux-mêmes ont conscience de ces problématiques, en particulier de la « dictature de l’instantané », le fait de devoir produire en permanence du contenu menant à confondre avis, sentiment, opinion, réaction et informations ou faits, dans un « éditorialisme en continu ». En mettant à disposition des outils et méthodes, les médias ne font que décaler le problème du producteur vers le consommateur.

Or à son échelle, le consommateur/lecteur n’a pas le temps de mettre en application cette approche. Si tant est qu’il le veuille : car l’individu a naturellement des jugements, avis et biais cognitifs qui lui font choisir un média ou préférer une idée, posture et idéologie en particulier.

Malgré cette limite, contradictoire avec le fait de lire, de se bâtir sa propre conviction ou d’avoir l’esprit critique, du fait de l’accélération de la vie personnelle ou professionnelle et de la diffusion de plus en plus massive d’informations, seule la vérification des faits, la diversité des sources en plusieurs langues si besoin et l’utilisation de méthode permet de distinguer faits, information (faits exploités et mis en forme) et opinions.

Confrontés au déluge d’informations…
Esther Vargas/Flickr, CC BY-SA

Mais là apparaît un nouvel obstacle : pouvons-nous vérifier une information ?

Les limites du savoir ou le biais de la connaissance

La multiplicité des sites Internet de référence, pour s’en tenir au média le plus accessible et disponible, semble l’affirmer : nous pouvons explorer le monde par imagerie satellite, trouver des données macro-économiques sur tous les pays, reconstituer les parcours et réseaux des dirigeants, ou acheter en un clic tous les livres sur un sujet.

Mais il s’agit d’une illusion d’information : les moteurs de recherche ne couvrent pas la totalité du net ; de nombreux sites sont inaccessibles ou payants ; la masse d’information réellement disponible dépasse le temps de traitement disponible. Ce biais de connaissance est induit par les moyens technologiques mis à notre disposition.

Même les méthodes de visualisation des données les plus performantes, l’analyse des big data, ne peuvent traiter que les informations que nous leur fournissons. Au demeurant les utiliser, en connaissant cette limite, permet de représenter une réalité, celle que l’on a choisi d’étudier, et non pas la réalité dans son ensemble.

En matière de méthodologie on doit rappeler qu’il faut qualifier l’information mais également sa source de façon indépendante : des sites sérieux ont diffusé de fausses information (a posteriori celles sur les armes de destruction massives en Irak) et des séries télé ou des romans, par définition imaginaires, ont annoncé des scenarii qui se sont déroulés.

Les sites dits complotistes ont eux un objectif annoncé à savoir servir de caisses de résonnance aux opérations d’information d’un pays ou de l’autre. Les États-Unis, l’Angleterre, l’Allemagne et la France ont théorisé l’utilisation des actions psychologiques en soutien à leurs opérations militaires, avec l’utilisation des réseaux sociaux pour diffuser des messages calibrés ou capter du renseignement. Et c’est là que nous atteignons l’ultime limite de la vérification de l’information : certaines sont confidentielles, certaines sont techniques et certaines sont créées pour une opération d’influence.

Un exemple dont nous ne pouvons pas encore connaître tous les tenants et aboutissants : l’annonce du piratage du réseau électrique Nord américain par des hackers russes fin décembre 2016. Après que le Washington Post l’ait annoncé comme tel, dans le contexte que nous connaissons, l’article a été amendé suite à la modération des autorités officielles elles-mêmes. Sans parler de l’action politique ou médiatique, il est difficile pour un lecteur, même averti de vérifier par lui-même la réalité de cette attaque, qui plus dans un domaine où la danse des miroirs est techniquement faisable.

La figure du hacker…
Katy Levinson/Flickr, CC BY-SA

En conclusion, il faut garder à l’esprit que « le paysage narratif devient un champ de bataille permanent » où seule « l’éducation aux médias et à l’information, et la formation de futur.e.s citoyen.ne.s critiques » permet non pas d’avoir une réponse définitive, tant les intérêts privés et politiques s’entrechoquent, mais de pondérer l’information transmise, par la connaissance des limites de chaque élément de la chaîne de transmission.

On peut aussi citer l’utilisation de méthodes d’analyse, certes issues du renseignement, pour avancer en fonction des informations trouvées et qualifiées : la méthode des hypothèses comparées par exemple permet de réfléchir à toutes les possibilités tout en restant dépendante de ses « inputs ». Car l’information est un cycle, pas une série de points…

The Conversation

Pierre Memheld, Responsable du Master Intelligence Economique et Gestion du Développement International, Université de Strasbourg

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Identifying Bribery Risk in Emerging Markets ‹ Corporate Compliance Insights

Companies are increasingly turning to emerging markets for new growth opportunities as developed markets become saturated. When we hear the term emerging markets, we typically think of the BRIC countries – Brazil, Russia, India and China – but other countries, such as South Korea, Mexico, Indonesia, Turkey, Saudi Arabia and Iran may also qualify. The economies in these countries are growing, but are not yet as large, liquid or accessible as those in more mature markets.

Source : Identifying Bribery Risk in Emerging Markets ‹ Corporate Compliance Insights

La radicalisation violente commence-t-elle vraiment sur Internet ?

Si la recherche ne démontre pas de causalité directe entre usages numériques et radicalisation, il faut agir face à un cyberespace où se diffusent des discours de haine et des appels à la violence.

Source : La radicalisation violente commence-t-elle vraiment sur Internet ?

« Comment enseigner les méthodes d’analyse du renseignement » au #FIC2017 Stand D24

Pierre Memheld, Université de Strasbourg

L’analyse du renseignement est avant tout un ensemble de méthodes, et de connaissances, avant d’être des outils. L’évolution des moyens de communication, de commandement ou de collection entraîner une explosion des volumes d’informations à traiter ou des environnements logiciels à maîtriser.

De la méthode et des méthodes

Connaître les méthodes d’analyse est nécessaire pour ne pas être dépendant des solutions logicielles proposées, pouvoir mieux comprendre leurs fonctionnements et leurs avantages, et pouvoir continuer à analyse en environnement dégradé ou en absence de moyens.

Mais les méthodes d’analyse elles-mêmes ont une histoire, un contexte de création, une logique propre ou des limites d’utilisation. Une méthode d’analyse est avant tout une manière de représenter un ensemble d’informations, en les reliant ou en les comparant entre elles.

Si une méthode d’origine civile ne peut être utilisée en principe dans un contexte militaire par exemple, des adaptations sont possibles et chaque méthode peut être essayée dans un contexte différent que le sien d’origine : les méthodes sont alors des cadres de référence. Enfin, une méthode d’analyse ne vaut que par son application : l’enseigner sans donner de cas réel d’application ou sans mener des exercices avec n’est pas pertinent car l’objectif de l’analyse est d’aider à la décision.

Planifier collecte, analyse, communication…

Les méthodes ont besoin d’informations pour être utilisées. La bonne planification de la recherche du renseignement est donc une étape essentielle du cycle éponyme. La nature et le fonctionnement des « capteurs » (humains, électroniques, logiciels) peuvent influencer sur la qualité de l’information en « entrée » dans les méthodes, sans même parler de la qualité des sources.

Selon la version du cycle appliquée, on peut ou non distinguer les phases « exploitation » et « analyse » ; viennent ensuite les phases « communication » (savoir exprimer ou représenter une analyse de façon claire) et « retour sur expérience » (savoir si l’on a correctement, et à temps, collecter les informations nécessaires).

On le voit, toutes les phases sont essentielles car mal organiser ou mal transmettre le renseignement revient à rendre la manœuvre inutile : le décideur (qu’il soit économique, politique ou militaire) n’a pas les éléments pour prendre sa décision.

Mais la phase exploitation/analyse est au cœur du processus car elle est le « goulet d’étranglement » du cycle. Le décideur ne peut pas utiliser toutes les informations collectées et les informations souvent brutes doivent être raffinées, puis reliées et comparées entre elles, avant de devenir un « renseignement utilisable ». Au-delà de la décision à prendre, il s’agit d’anticiper les actions futures des concurrents ou des ennemis.

Les risques de biais cognitifs

Le principal risque de la phase « analyse » est l’analyste lui-même car il peut commettre des erreurs d’analyse, de façon volontaire ou inconsciente. Il s’agit du vaste sujet d’études des « biais cognitifs ». « L’expression « biais cognitifs » est généralement assimilée de manière erronée à la notion commune de « biais ». C’est-à-dire la tendance de certains à présenter plus ou moins « involontairement les informations, idées ou évènements d’une façon altérée par un a priori ou une conviction ». Il n’en est rien : un biais cognitif est la conséquence involontaire, automatique et systématique d’une opération de simplification conduisant à une erreur de jugement, que réalise en permanence le cerveau de n’importe quel individu. Celui-ci ne perçoit pas son action mentale comme simplifiée et est persuadé d’avoir suivi un chemin logique et rationnel. L’officier de renseignement comme tout autre individu est donc lui aussi exposé à ces biais, quelle que soit son expérience.

La seule manière de lutter contre les biais est de les connaître, de se connaître, d’utiliser des processus pour les contrer et de travailler en équipe. Il est avéré qu’une équipe aux compétences diversifiées (tant par les parcours personnels que les compétences rassemblées ou les langues/cultures maîtrisées) a une meilleure efficacité dans l’analyse et un moindre risque d’exposition aux biais.

Organisation du travail

Le cycle du renseignement est parfois remis en cause car il est dépendant de chaque phase pour produire du renseignement et donc des décisions. L’ancien analyste du renseignement américain Robert M. Clark a cherché à développer une méthode alternative en 2003 en proposant une « approche centrée sur les cibles » (target-centric approach).

Il reste néanmoins une méthode d’organisation du travail appliquée avec une attention particulière portée sur les points ci-dessus, grâce à la connaissance des blocages possibles, grâce à l’utilisation de l’évaluation continue de la « production » et grâce aux outils collaboratifs qui permettent le travail en réseaux et non plus de façon autonome, voire isolée (chacun gérant sa phase ou spécialité).

Dans la même logique, on peut essayer d’utiliser une méthode d’analyse issue d’un autre champ d’application à condition de garder en tête ses limites, contraintes et raison d’être. Certaines méthodes, comme la SWOT, sont utilisées pour analyser toutes sortes de situations alors que son rôle est de représenter de façon synthétique les forces, faiblesses, menaces et opportunités d’une organisation seule. La MEDO décrit un processus d’analyse d’un environnement militaire confrontant différentes hypothèses ami/ennemi afin de prendre une décision : est-elle utilisable dans une entreprise ?

Combien de méthodes ?

En dehors de ces différentes problématiques, il reste une barrière inhérente aux méthodes : leur nombre. Certains auteurs en recensent 5 « essentielles », d’autres 50 ou même plus de 150. Quel qu’en soit le nombre il est rare que l’on ait le temps de toutes les appliquer car chacune requiert une manière de formater et structurer les données, et parfois un logiciel.

Une entreprise, un gouvernement ou un état-major sont des organisations contraintes par le temps car elles doivent produire une décision selon un rythme imposé par les actionnaires, les électeurs ou les ennemis. Bien évidemment il existe des cellules d’expérimentation de nouvelles méthodes (par l’étude de la production scientifique) et la transcription de celles-ci dans les processus de décision en cours.

Cette fonction « études et prospectives » peut évidemment être assurée par la recherche universitaire telle que nous l’avons déjà évoquée. Les menaces émergentes, comme le cyber, est un des champs d’exploration des méthodes d’analyse, alliant outils de diagnostic pour identifier les acteurs et réactivité pour les dispositifs d’alertes/défense, tant les attaques sont rapides, brèves, efficaces. Les rencontres, comme le FIC, permettent de suivre l’état de l’art/menace en la matière et de connaître les méthodes applicables, les outils existants et donc de développer une intelligence collective.

The Conversation

Pierre Memheld, Responsable du Master Intelligence Economique et Gestion du Développement International, Université de Strasbourg

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

L’enseignement-recherche sur le renseignement en France : une filière à construire

Pierre Memheld, Université de Strasbourg

Il ne peut y avoir de recherche sans plus plusieurs facteurs rassemblés en même temps, mais pas forcément au même endroit : une filière de formation jusqu’au niveau master, permettant de diplômer des étudiants pour qu’ils poursuivent vers un doctorat ; des maîtres de conférence habilités à diriger des recherches (HDR) pour encadrer ces doctorats ; au moins une école doctorale permettant de rassembler étudiants, enseignants, chercheurs et docteurs ; enfin mais surtout des débouchés c’est dire des postes dans des instituions de recherche comme l’Institut de Recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM) ou des emplois dans les services de renseignements.

Une telle filière n’existe pas tant le renseignement est rattaché aux domaines « relations internationales », « sciences politiques », « sciences de l’information » ou au droit, où l’on trouve les rares HDR et doctorants abordant ce sujet qui traditionnellement en France est « enseigné » dans les administrations et unités qui en ont le besoin.

« Book-spy ».
EFF Photos/Flickr, CC BY

La filière qui n’existait pas

Si l’on considère l’université seulement, il n’y a pas aujourd’hui de centre de recherche dans le renseignement. Comme le rappelle Franck Bulinge un des seuls habilité sur le renseignement même :

« il faut distinguer ce qui relève d’une part, des intelligence studies selon le modèle anglo-saxon, et d’autre part de la recherche appliquée au renseignement que je tente de développer en France depuis quelques années ». Les intelligence studies « portent sur les données historiographiques pour tenter de connaître et de comprendre l’objet renseignement ».

La recherche appliquée porte elle sur l’application des méthodes existantes, leur étude afin de les développer, de les appliquer et de les adapter au contexte. Le numéro 76 de la revue Hermès s’intitule « Le renseignement, un monde fermé dans une société ouverte », titre qui résume bien le paradoxe de l’enseignement du renseignement en France, bien que les administrations et unités spécialisées sur tournent de plus en plus vers la « société ».

Déjà en 2011 une étude, menée à l’IRSEM sous la direction d’Olivier Chopin, montrait que le domaine était développé aux États-Unis, déjà moins en Angleterre et peu en France. Au-delà des raisons dites « culturelles », on peut souligner que l’absence de débouchés limite la dynamique d’études sur le sujet, certains chercheurs français devant s’expatrier à l’étranger pour y trouver des universités capables de porter leurs recherches. Il s’agit d’un cycle vicieux car l’absence de chercheurs et d’enseignants limite l’apparition de cours ou de diplômes qui à son tour limite la création de chercheurs et d’enseignants.

En résumé la filière recherche sur le renseignement n’existe pas, malgré les compétences existantes, mais surtout malgré l’importance des besoins. Le renseignement est régulièrement cité comme une priorité par les autorités, critiqué pour ses « échecs » présentés comme tels en oubliant les résultats effectifs rarement médiatisés, mis en avant dans les « livres blancs » sur la défense et la sécurité.

Mercyhurst University.

17 universités américaines, 26 diplômes

Le renseignement est enseigné comme tel en Angleterre, aux Pays-Bas, en Italie, Espagne ou même Grèce. Aux États-Unis, l’université Mercyhurst héberge un département entier dédié aux intelligence studies qui propose des formations initiales sur 4 ou 5 années complètes ! Un article écrit en 2015 par un professeur de l’Université du Texas à El Paso recense 17 universités américaines proposant 26 diplômes, du Bachelor au Master, avec une augmentation continue du nombre d’établissements depuis 2001.

Si l’on peut comparer cette offre importante avec la situation en France, il faut toutefois rappeler qu’avant 2001 un seul établissement/programme existait, celui de Mercyhurst. L’événement fondateur car traumatisant que fut le 11 septembre ne doit pas faire oublier ce fait : même aux États-Unis la recherche sur le sujet était rare voire absente. Les formations se sont multipliées suite à une prise de conscience dure, à la mise en place de moyens et donc à la création de postes.

Une filière pour le monde économique

Les administrations ou unités dédiées ne peuvent à elles seules absorber le volume de diplômés créé. Il est nécessaire d’une part que l’enseignement du renseignement forme aux métiers existants dans ces unités mais également comprenne des enseignements transdisciplinaires vers le monde économique.

Pour que la filière soit complète il faut en effet penser en termes de ressources humaines : recrutement, évolution de carrière, reconversion. Au-delà d’être des employeurs, les entreprises sont elles-mêmes confrontées à des problématiques traitées par le renseignement : espionnage économique en provenance de concurrents parfois étatiques et sécurité de leurs employés ou de leurs investissements dans les zones à risques. En ce sens, les entreprises peuvent utiliser les méthodes et outils servant au renseignement, d’autant que même dans ce domaine l’externalisation devient une réalité et que certaines méthodes et outils viennent du monde de l’entreprise.

Comme l’a souligné Philippe Silberzahn (École de Management de Lyon), « les questions stratégiques auxquelles nos sociétés sont confrontées sont des problèmes complexes » qui sont « ouverts, non linéaires, subjectifs et non répétitifs ». Si l’analyse des environnements complexes est enseignée dans les écoles de commerce ou d’ingénieurs, le renseignement ne l’est pas même si certaines méthodes d’analyse comme PESTEL ont été adaptées à l’analyse de l’environnement des opérations.

Former des analystes pour la stratégie

Toute la difficulté à enseigner le renseignement ou l’analyse est qu’il faut s’appuyer des procédures, méthodes et outils tout en restant à même de s’adapter aux évolutions de l’environnement stratégique. La création d’une filière d’enseignement tend à « sanctuariser » les enseignements voire à ralentir, voire empêcher, toute remise en cause en cas d’échec le temps de l’analyse, modifier les enseignements et former aux évolutions. C’est un cycle permanent de retour sur expérience, planification, recherche, analyse, diffusion.

La spécialisation des formations, la création de « chapelles », tend elle à séparer les fonctions. Dans les entreprises, le décideur n’est plus régulièrement sur le terrain et a rarement une expérience dans l’analyse au sens propre, l’évolution des métiers privilégiant les financiers, les ingénieurs, les juristes ou les communicants, selon la culture propre à chaque industrie.

Il en va parfois de même chez les décideurs publics qui, méconnaissant les mécanismes du traitement de l’information, peuvent engendrer une politisation du renseignement, celui-ci devenant un outil pour justifier leurs choix. On pourrait ainsi militer pour une formation au renseignement des décideurs publics ou économiques, voire redonner à l’analyste un rôle de stratège au cœur des processus de décisions.

Mais dans l’état actuel des choses, il faut commencer par la création de la filière d’étude du renseignement, comme le font déjà les universités de Paris 2 Panthéon-Assas, Lyon 1 ou Strasbourg avec des formations spécialisées.

The Conversation

Pierre Memheld, Responsable du Master Intelligence Economique et Gestion du Développement International, Université de Strasbourg

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

BIG: India Details Make-In-India Fighter Plans

India’s Defence Minister Manohar Parrikar today took questions on a piece of procurement action that’s occupying more mindspace than any other — India’s next Make-in-India fighter lines, adding fresh official detail to a string of programmes that have largely been speculated upon for the past few months.

Source : BIG: India Details Make-In-India Fighter Plans

2017

Bonne Année, Happy New Year, Feliz Año Nuevo, Felice Anno Nuovo, Ein Gutes Neues Jahr, Feliz Ano Novo, Nav Varsh Ki Subhkamna, Akemashite Omedetô, Aam Saiid, Sâle No Mobârak, S Novim Godom
Bliadhna Mhath Ur, Bòna Annada, Pace E Salute !!!

toulon-by-night