#Analyse #2020 – « L’Inde et le Pakistan à l’épreuve du coronavirus » – Gilles Boquérat, chercheur associé, Fondation pour la Recherche Stratégique

« Second et cinquième pays les plus peuplés de la planète, avec de fortes densités et des structures de santé déjà insuffisantes en temps normal, l’Inde et le Pakistan ont le potentiel pour être des foyers importants de la pandémie liée au coronavirus. Face à la menace, le Premier ministre indien, Narendra Modi, prit, le 24 mars 2020, la décision d’imposer un confinement total alors que le pays ne comptait officiellement que 500 cas d’infection et une dizaine de morts. Le premier cas avait été décelé au Kerala le 30 janvier auprès d’un étudiant de retour de Wuhan. Comme cela avait déjà été le cas lorsque Modi avait brutalement annoncé la démonétisation de coupures en novembre 2016, les Indiens furent pris de court. Dans un pays où la très grande majorité des emplois appartiennent au secteur informel, des centaines de millions d’Indiens se sont retrouvés du jour au lendemain sans ressources et sans protection sociale. »

Guerre Economique: « Les nouvelles sanctions américaines contre la Russie préoccupent l’UE »

« La chambre basse du Congrès américain doit voter mardi sur de nouvelles sanctions contre la Russie. Ce projet provoque la colère à Moscou, mais aussi en Europe, car il permettrait de sanctionner des entreprises européennes du secteur de l’énergie. »

Source : Les nouvelles sanctions américaines contre la Russie préoccupent l’UE – rts.ch – Monde

Dans ce cas il s’agit effectivement de guerre économique car les Etats-Unis tentent de bloquer, au bénéfice de leurs entreprises, celles qui en Europe continuent de commercer ou investir en Russie en respectant, faut-il le rappeler les sanctions existantes.

Un régime de sanctions ne doit pas être confondu avec un régime d’embargo: dans un cas seules certaines entreprises et personnes sont visées; dans l’autre c’est la totalité d’un pays qui est visé. L’extension des sanctions est simplement une manœuvre.

Les Etats-Unis savent contourner leurs propres règles: le Vice-Ministre des Affaires Etrangères de Téhéran avait témoigné devant des industriels français de l’existence d’un vadémécum du Département d’Etats permettant aux entreprises US de commercer avec l’Iran légalement.

C’est oublier deux autres réalités: la Chine, l’Inde ou même le Japon commercent avec l’Iran ou la Russie sans être menacés de sanctions, voire même s’ils le sont de ne simplement pas en tenir compte. La Russie est le premier vendeur d’armement en Inde, l’Iran y exporte du pétrole.

De même le Japon, évidemment la Chine et désormais l’Inde concurrent, et espionnent les entreprises européennes et françaises, de façon très directe voire ouvertement. A se tromper d’adversaire on est quasiment certain de perdre la guerre, qu’elle soit économique ou « classique ».

L’Inde, acteur diplomatique central ?

Si l’on s’en tient au nombre important de visites de chefs d’états et de ministres étrangers en Inde ou d’officiels indiens dans les pays d’Asie, d’Afrique, du Moyen Orient, d’Europe et des Etats Unis, on pourrait en déduire que l’Inde est devenu un acteur diplomatique central. La visite, mi décembre, de Vladimir Poutine a notamment permis d’appréhender l’ampleur de la relation particulière qui unit l’Inde et la Russie depuis 1955 et l’ère soviétique. Le Président Russe et le Premier Ministre Indien auraient ainsi conclu pas moins de 20 accords pour un montant total de 100 milliards de dollars, à l’occasion du 15ème sommet bilatéral annuel entre les deux pays. L’Inde a par ailleurs renforcé ses relations stratégiques et économiques avec l’Australie, le Vietnam, les Philippines, l’Indonésie, la Malaisie, le Japon, la Corée ou l’Iran. L’Inde va également accueillir en 2015 un nouveau sommet Inde-Afrique, continent avec lequel elle a des liens économiques et historiques de par sa diaspora implantée sur le continent africain.

Article publié dans les Cahiers du Comité Asie de l’ANAJ-IHEDN – Mai 2015

Le CCA-10 peut être téléchargé ici.

“La guerre de l’eau” : le scénario alarmiste figure désormais en bonne place dans les analyses prospectives sur la sécurité en Asie du Sud. En février 2011, le Sénat américain avait publié un rapport intitulé “Eviter les guerres de l’eau”, centré sur les risques pesant sur le Pakistan et l’Afghanistan. L’étude s’inscrit dans une littérature déjà abondante sur la montée des conflits géopolitiques attisés par la raréfaction de la ressource hydrique dans une région où le triangle Pakistan-Inde-Chine est déjà éminemment instable. En butte à des besoins croissants en énergie, les Etats agrégés autour de l’Himalaya – surtout la Chine et l’Inde aux économies émergentes – sont embarqués dans d’ambitieux projets de barrages hydroélectriques, attisant d’inévitables tensions avec les pays voisins situés en aval.

Chine, Inde et Pakistan se disputent l’eau de l’Himalaya – LeMonde.fr

Le gouvernement perd patience face aux antinucléaires …

… en Inde!

Le 27 février, un Allemand a été expulsé du territoire indien pour avoir soutenu des villageois mobilisés contre le nucléaire. Ces derniers bloquent toujours le démarrage d’un nouveau réacteur, dans le sud du pays. Et le gouvernement ne sait plus quel prétexte trouver pour sortir de l’impasse, commente avec ironie la presse indienne.

India to build two more nuclear powered submarines

As the induction of the first locally built Indian nuclear powered submarine, INS Arihant is almost complete, the Indian government has decided to build two more of its type.

INS Arihant, which is the first nuclear powered submarine of the Arihant class submarine genus, was fully developed by the Indian agency Defence Research and Development Organisation (DRDO). It is expected to complete its marine trials by early next year. The Indian Navy’s capabilities are already boosted significantly, after they recently inducted the Russian built INS Chakra in to its fold. However defence sources were sceptical whether the Indian Navy was technically advanced enough to operate two additional nuclear submarines without overstretching the resources.

Fishermen killing: India-Italy talks fail

External Affairs Minister S.M. Krishna and his Italian counterpart Giulio Terzi di Sant’ Agata discussed the on-going investigations in the case but continued to have differences over jurisdiction and legal aspects of the incident..

India and Italy on Tuesday failed to resolve their difference over the trial of two Italian marines for killing two fishermen despite talks between their foreign ministers here.

ExMergere: another incident illustrates the risks linked to the fight against piracy; 2 Hostages Are Killed in Sea Rescue That Frees 16

India to Auction 5% ONGC Stake in ‘Next Couple of Days,’ Oil Minister Says

India plans to auction a stake in Oil & Natural Gas Corp. (ONGC) in the “next couple of days” after failing to meet a revenue target from public offerings of shares in state-owned companies this year.

….

A 25 percent slump in the benchmark Sensitive Index (SENSEX) in 2011 undermined efforts to sell shares of state-owned companies, with the government meeting 3 percent of its 400 billion rupee ($8.1 billion) target for the year ending March 31. The budget shortfall may widen beyond Finance Minister Pranab Mukherjee’s goal of 4.6 percent as slowing economic growth reduces revenue receipts.

ExMergere: the indian budget deficit is up to 5.6%.

Mixed response to India workers’ strike

A strike called by most of India’s major trade unions has had a mixed response, with banks and transport services shut down in some areas.

Banks in Mumbai, the financial capital, were closed, with one union official saying there had been a “complete shutdown” in the sector.

War Between Pakistan And India Has 70% Chance Of Going Nuclear

India least resilient BRIC nation to global risks: Survey

A robust economic growth seems to have made little improvement to India’s ability to withstand major external shocks, making it the most exposed and least resilient BRIC nation to the global risks.

According to a study conducted by risk analysis firm Maplecroft, India has been ranked as the 19th most exposed and least resilient country worldwide to the global risks.

La classe moyenne indienne, combien de divisions ?

L’homme d’affaires qui débarque à Delhi et se rend vers le centre passe d’abord devant des centres commerciaux rutilants. Quand il pénètre dans la ville, il longe des boutiques Levi’s ou Lacoste et des cafés à la Starbucks. Il a le temps de regarder car les avenues de Delhi, pourtant fort larges, sont bloquées par une marée de voitures. Pour peu qu’il tombe sur un titre de journal du genre « La classe moyenne indienne atteindra les 267 millions dans cinq ans » (*), il ne peut qu’être convaincu : l’heure de la classe moyenne a sonné ! Et pourtant, une telle conclusion serait largement illusoire. Les centres commerciaux ? 95 % des Indiens n’imagineraient pas en pousser les portes. Les produits occidentaux ? Hors de portée de l’immense majorité des passants. Les voitures envahissantes ? Pas plus de 2 % des familles indiennes en possèdent une… Alors, mythe ou réalité, la classe moyenne indienne ?

ExMergere: India’s middle class population to touch 267 million in 5 yrs 

%d blogueurs aiment cette page :