Pakistan Will Provide ‘Special Force’ to Defend Chinese Investments

Pakistan Will Provide ‘Special Force’ to Defend Chinese Investments
Islamabad will provide 10,000 troops just to ensure the safety of Chinese citizens and companies along the CPEC.

Billet d’humeur – Visite d’Etat de François Hollande en Inde

 

35ème Régiment d'Infanterie - Republic Day 2016

35ème Régiment d’Infanterie – Republic Day 2016 – New Delhi

Le Président François Hollande s’est rendu en visite d’Etat à New Delhi du 24 au 26 Janvier 2016, à l’occasion de la fête nationale indienne dont il était l’invité d’honneur[i]. La visite comportait des enjeux importants pour Dassault, DCNS, Areva et les autres entreprises de la délégation[ii]. Il s’agissait également de renforcer les domaines de coopérations qui avaient été listés lors de la visite du Premier Ministre Indien en Avril 2015. Mais alors que l’on peut trouver du Twitter des messages, dont certains sont au mieux déplacés dans une délégation officielle[iii], publiés durant la parade officielle, il est nécessaire de rappeler que la France et l’Inde ont d’anciennes relations.

Les enjeux ne sont pas uniquement économiques, bien que l’Inde soit attractive avec un marché intérieur important mais des infrastructures et des industries nécessitant encore des technologies et investisseurs étrangers. Il s’agit aussi de développer des coopérations dans la recherche énergétique ou spatiale. La question du terrorisme relie également les deux pays, certains analystes indiens ayant fait le parallèle entre les attaques de Paris en Novembre et celles de Mumbai ou Pathankot en 2015[iv]. On se souviendra que Narendra Modi avait condamné les attentats de Paris[v], et que son pays est lui-même concerné par le terrorisme islamiste[vi].

En cette période de Centenaire de la 1ère Guerre Mondiale, il n’est pas inutile de rappeler que des soldats indiens se sont battus en France : Narendra Modi a inauguré un monument à leur mémoire lors de sa visite[vii]. De même durant la 2ème Guerre Mondiale, les troupes indiennes combattirent sur le sol français. Dès l’indépendance de l’Inde, la France établit des relations diplomatiques avec elle alors même qu’elle y avait encore des comptoirs dont le sort fut scellé en 1956. Néanmoins les ressortissants de Pondichéry sont encore très attachés à leur identité française avec un monument aux morts, rappelant cette autre histoire des troupes indiennes.

Les relations économiques, diplomatiques ou culturelles[viii] entre les deux pays ont donc toujours existé et ne peuvent pas se résumer aux aléas des contrats en cours de négociation, d’autant que Dassault ou Thalès sont présentes en Inde depuis plusieurs dizaines d’années. Les armées indiennes opèrent encore des Mirage et ont utilisé des tanks français dans leurs opérations militaires. Les exercices navals, aériens ou terrestres entre les deux pays sont réguliers, d’autant que la France fait partie des rares alliés de l’Inde à être présente territorialement et militairement dans l’Océan Indien, seule profondeur stratégique de l’Inde[ix].

A l’occasion de la parade militaire, l’Inde a fait un honneur particulier à la France puisque pour la première fois depuis son indépendance une unité militaire étrangère a défilé aux côtés des troupes indiennes. Clin d’œil historique significatif, il s’agit du 35ème Régiment d’Infanterie dont l’ancêtre, le 35ème Régiment d’Aquitaine, a combattu aux côtés de troupes du Royaume de Mysore contre les anglais de 1781 à 1784. Les unités de cavalerie de ce royaume furent amalgamées au fil de temps par l’Empire Britannique puis la République Indienne pour donner aujourd’hui le 61ème Régiment de Cavalerie, une des unités la plus prestigieuse de l’arme blindée cavalerie indienne[x], qui a défilé après le 35ème RI[xi].

Les relations Inde – France ne résument donc pas aux seuls enjeux économiques, même si certains commentateurs les abordent sous cet angle principalement pour que leurs aléas servent de critique politique aux gouvernements en indiens ou français. Les difficultés mises en avant ne sont pas non plus le fait unique d’une partie ou l’autre, comme on a pu le voir dans le feuilleton du contrat MMRCA[xii]. Mais ces relations étant stratégiques, car anciennes, pour les deux pays, il ne s’agirait pas que des erreurs d’appréciation ou d’ »intelligence culturelle » viennent les troubler par intérêt personnel ou méconnaissance des us, coutumes ou de l’histoire justement.

 

Références

i « Inde: les enjeux de la visite de François Hollande » – http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20160124-inde-visite-francois-hollande-Narendra-Modi-rafales-economie

ii La liste des dirigeants membres de la délégation est à ce titre significative : https://pbs.twimg.com/media/CZWg_UvW0AEDewr.jpg:large

iii On jugera sur : https://twitter.com/MA_Jamet avec en particulier https://twitter.com/MA_Jamet/status/691922462884401152

iv « Hollande Visit: Pathankot, Paris Put Terrorism High On Agenda” – http://www.ndtv.com/india-news/hollande-visit-pathankot-paris-put-terrorism-high-on-agenda-1268489

v “Paris attacks: France terror assaults attack on humanity, Narendra Modi says” – http://timesofindia.indiatimes.com/india/Paris-attacks-France-terror-assaults-attack-on-humanity-Narendra-Modi-says/articleshow/49781610.cms

vi « Combattre l’Etat Islamique: la perspective de l’Inde », Pradhuman Singh, Pierre Memheld, Revue Défense National N°779, Avril 2015

vii « PM Narendra Modi pays tribute to Indian soldiers slain in World War-I » – http://articles.economictimes.indiatimes.com/2015-04-11/news/61041490_1_indian-soldiers-war-memorial-prime-minister-narendra-modi

viii Dans les domaines de l’éducation ou de l’architecture, le Président Hollande ayant commencé sa visite par Chandigarh, ville conçue par Le Corbusier.

ix « La France et l’Inde dans son Océan » – https://exmergere.info/2015/07/20/la-france-et-linde-dans-son-ocean/

x « L’Arme Blindée Cavalerie Indienne », Pierre Memheld, Batailles & Blindés N°71, Février Mars 2016.

xi « French regiment is back in India after 232 years » – http://timesofindia.indiatimes.com/india/French-regiment-is-back-in-India-after-232-years/articleshow/50734908.cms

xii « Le Rafale s’envole pour l’Inde, mais sans le MMRCA ? » – https://exmergere.info/2015/04/14/le-rafale-senvole-pour-linde-mais-sans-le-mmrca/

Govt eases FDI norms in 15 sectors, signals reforms intent

Govt eases FDI norms in 15 sectors, signals reforms intent
India eased foreign direct investment norms in 15 major sectors, including mining, defence, civil aviation and broadcasting, the government said on Tuesday in a bid to drum up investment and speed up growth.

Management de la lutte anti-corruption et gestion du risque criminel

Les conventions internationales de l’ONU, les recommandations de l’OCDE, les lois nationales – dont l’application est globale – votées par les Etats Unis, les pays Européens et leur propres cadres réglementaires, les lois supranationales dans le domaine bancaire, sont autant de « canevas », de cadres de référence que les entreprises doivent appliquer pour lutter contre la corruption[i]. Cette multiplication nécessaire des cadres de référence crée des enjeux pour le management des entreprises, qu’elles soient présentes à l’international ou simplement exportatrices. Cela accroit le nombre de contraintes de déclaration, et documentation, pour être « conforme » à ces canevas. Les entreprises doivent avoir un outil à même d’être adapté à son environnement d’emploi, aux contraintes de chaque cadre d’action et apportant des méthodologies opérationnelles. Cet outil doit-il être normé, pour être reconnu officiellement, ou plus simplement conforme aux cadres de référence afin de pouvoir être accepté par les autorités officielles le cas échéant ? L’Observatoire du Crime Organisé (OCO)[ii] propose un système de management répondant à ces différents enjeux.

Lire la suite

Afghanistan: who after NATO?

China’s Afghan Moment

Zhou Yongkang (R, front), a member of the Standing Committee of the Political Bureau of the Communist Party of China Central Committee, holds talks with Afghan President Hamid Karzai (L, front) in Kabul, Afghanistan, Sept. 22, 2012. (Xinhua/Li Xueren)

Until recently, Beijing’s policy in Afghanistan could be characterized as masterful inactivity: It sat on the sidelines of a war that it wanted neither side to win. But the late September visit by security chief Zhou Yongkang, the first by a senior Chinese leader in almost five decades, is the most visible sign that the U.S. 2014 withdrawal date is bringing that spectator status to an end. As the United States dials down its goal of defeating the Taliban, China could become Afghanistan’s most important mediator and investor.

Is India Prime Minister in the turmoil, politically and economically?

India’s ‘silent’ prime minister becomes a tragic figure

Punit Paranjpe/AFP/Getty Images – Indian Prime Minister Manmohan Singh’s second term in office has been damaged by corruption scandals and policy paralysis.

India’s Prime Minister Manmohan Singh helped set his country on the path to modernity, prosperity and power, but critics say the shy, soft-spoken 79-year-old is in danger of going down in history as a failure.

India to offer fresh trade sops to Pakistan to strengthen ties

In a move to help promote trade and bilateral ties with Pakistan, the government is set to slash 30% items or 254 products from the sensitive list under the South Asian Free Trade Agreement (Safta) …