Guerre économique et espionnage d’état : histoire, rôles et limites


File 20170531 25689 1v0pk5d
Juste une conversation, ou de l’espionnage industriel ?
Zinetv.Visual Hunt, CC BY-NC-ND

Pierre Memheld, Université de Strasbourg

Pour le Maréchal Joffre en 1915 (dans ses mémoires), la guerre économique a pour but de couper les communications de l’ennemi avec les autres pays, de l’empêcher autant que possible de se procurer à l’extérieur les ressources de toute nature qui lui sont nécessaires pour continuer la lutte.

L’articulation guerre économique-renseignement économique

La guerre économique accompagne et supporte la guerre militaire d’autant que pour Joffre il s’agit d’une priorité stratégique qu’il supervise directement. Il ne s’agit pas seulement d’organiser des blocus mais d’une stratégie visant à affaiblir l’ennemi en s’en prenant à tous les secteurs pouvant supporter l’effort de guerre, par le renseignement économique militaire.

Aujourd’hui le renseignement économique, à des fins militaires ou politiques, est toujours une prérogative de l’État même si les buts immédiats ne sont pas la destruction d’outils de production industrielle ou agricole. Les pouvoirs politiques comme les Nations Unies, l’Union européen ou des états, peuvent décider de mettre en place des sanctions, par définition individuelles contre des personnes morales ou physiques, ou un embargo qui lui vise l’intégralité des échanges avec un pays.

Lors d’opération militaires, comme les interventions en Syrie ou en Libye, la destruction d’infrastructures, d’entrepôts ou d’usines, reste un mode d’action employé, par toutes les parties en présence : ainsi les « groupes armés terroristes » l’emploient par sabotages ou attentats contre des cibles adverses.

Peut-on pour autant parler de guerre économique selon la définition de 1915. Non car l’échelle de l’action, des opérations ou des destructions n’a aucune commune mesure. Outre les dégâts matériels, la guerre économique de la 1re Guerre mondiale provoquait également des pertes humaines y compris civiles. Il en fut de même lors de la 2e Guerre mondiale.

La guerre économique contemporaine

Qu’appelle-t-on aujourd’hui guerre économique ? Peut-on qualifier la concurrence entre états ou entreprises, pour prendre des parts de marchés de guerre ? La « guerre économique est souvent entendue au sens de guerre commerciale c’est-à-dire d’affrontements qui opposent au moins deux pays ». Le concept est réapparu au début des années 90 chez des analystes, s’appuyant sur lui pour expliquer les enjeux des échanges économiques, comme Bernard Esambert ou Christian Harbulot.

Mais il s’agit d’une description de jeux d’acteurs économiques, de leurs oppositions concurrentielles, souvent par des moyens illégaux, comme l’espionnage économique, la prise de contrôle hostile voire le lobbying afin de changer les règles. Le concept fait l’objet d’autant de définitions que d’auteurs et reste ainsi flou :

« les auteurs qui l’utilisent l’emploient en effet pour désigner des situations et/ou la mise en œuvre (…) de stratégies qui peuvent présenter des contenus différents ».

Au-delà de ce problème de définition, il faut constater que ces « conflits économiques » n’engendrent pas de pertes humaines, du moins directement car il faut considérer l’impact social du rachat ou de la disparition d’entreprises et d’emplois, au bénéfice d’un pays ou d’une entreprise concurrente. Au demeurant, on peut identifier dans la plupart des conflits modernes des enjeux économiques.

Réalités historiques

Au-delà de cas contemporains, avec par exemple la recherche de ressources en pétrole comme objectif de guerre pendant la 2e Guerre mondiale ou l’exploitation du pétrole comme conséquence du contrôle de l’Irak par les troupes américaines, il existe des exemples historiques de guerres économiques.

Depuis la dissolution violente de l’Ordre des Templiers, devenu riche et influent de par son rôle militaire et religieux, les guerres entre les cités-états italiennes comme Venise, Florence ou Raguse avec le contrôle des voies maritimes en Méditerranée jusqu’aux troupes sous les ordres de la Compagnie britannique des Indes orientales (BEIC), participant aux opérations de la couronne britannique en Inde. On peut ainsi documenter le concept, tant les oppositions entre royaumes, familles et religions ont engendré des luttes politico-économiques.

Souvent initiées par les états, ces luttes ont clairement pour objectif le contrôle de l’accès à des ressources. Le champ lexical associé à la guerre illustre bien cette histoire : expéditions, invasion, razzia. On peut également parler de guerre des épices, de l’opium, du thé ou de l’alun. Dans ce cas les acteurs utilisent des moyens militaires pour atteindre des objectifs économiques et territoriaux.

La conquête des Amériques, de l’Afrique ou de l’Asie ont donné lieu à des conflits contre les occupants originaux de ces continents puis des conflits entre les conquérants, comme l’opposition entre Espagne, Portugal, Royaume-Uni, Allemagne et France. Plus proches de nous, on peut identifier des enjeux économiques dans les guerres de décolonisation comme le pétrole en Algérie. Peut-on au demeurant dire que ces guerres furent initiées pour cette ressource ?

Depuis la concurrence entre seigneurs au Moyen Âge, jusqu’aux réseaux de la Hanse ou de la Compagnie française des Indes orientales, la collecte d’information sur les bateaux, leurs cargaisons, les ports ou les liens entre marchands, le renseignement à des fins économiques existe. Il s’agit bien souvent de vols de documents même si l’existence d’organisations réseaux de renseignements permanents est documentée, comme pour la BEIC.

Lorsque celle-ci a commencé à agir comme un état, « avec des méthodes militaires administratives et financières utilisées par les empires », que la couronne britannique a mis fin à son existence et a récupéré ses possessions en Inde : un état et à plus forte raison un royaume, ne peut partager ses prérogatives exclusives avec une entreprise. On en vient là à la première différence fondamentale entre guerre et économie.

Même si les buts et les moyens peuvent se confondre, avec des entités économiques mettant à disposition d’un état leurs ressources existantes ou potentielles en échange d’une forme d’autorité légale, les lettres de course, et de moyens militaires, la raison d’être et les objectifs à long terme diffèrent entre une société et un pays.

De même si le renseignement, ou plutôt l’espionnage, économique a toujours existé, il est devenu une exclusivité des états car ils bénéficient d’une exception régalienne : chaque pays a des services de renseignements que les gouvernements couvrent de leur autorité. Toute activité de renseignement menée par une autre entité qu’un état est donc devenue illégale, même si les cas avérés d’espionnage par des entreprises pour des entreprises font la une des médias.

Nous ne sommes pas en guerre, mais nous perdons des batailles

Le monde économique d’aujourd’hui n’est pas seulement interconnecté d’un point de vue technique mais réellement interdépendant. Si la Chine est devenue l’usine du Monde, c’est effectivement de par son avantage prix mais aussi et surtout par ses clients. Sans clients et sans relations économiques, la Chine n’aurait pas la même influence politique et n’aurait peut-être pas développé le même appareil militaire.

Seulement, nous avons besoin de la Chine pour fabriquer ce dont nous avons besoin, pour nos sociétés dites de consommation, à un prix toujours plus compétitif, d’où la notion d’interdépendance. Mais certaines « défaites » économiques comme la vente d’un groupe à des investisseurs étrangers sont aussi souvent des erreurs de management, ou une mauvaise interprétation des marchés et de la concurrence, pas des actions « ennemies ».

The ConversationPar conséquent, nous ne sommes pas en guerre mais nous perdons des batailles. Nous devons réorienter l’éducation des dirigeants financiers, technologiques ou politiques au management de l’information et de la sécurité, la collecte et l’analyse du renseignement afin de tenir compte aussi de la « coopétition ».

Pierre Memheld, Responsable du Master Intelligence Economique et Gestion du Développement International, Université de Strasbourg

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Govt eases FDI norms in 15 sectors, signals reforms intent

Govt eases FDI norms in 15 sectors, signals reforms intent
India eased foreign direct investment norms in 15 major sectors, including mining, defence, civil aviation and broadcasting, the government said on Tuesday in a bid to drum up investment and speed up growth.

Inde – Etats Unis : alliés objectifs ou opportunistes ?

Modi USIBC

La 40ème session du US India Business Council (USIBC) a commencé Mardi 22 Septembre 2015 à Washington pour préparer la seconde visite officielle du Premier Ministre Narendra Modi et continuer à développer les relations économiques et diplomatiques anciennes entre les deux pays. Celles-ci remontent à la 2ème Guerre Mondiale, durant laquelle des troupes américaines combattirent avec les indiennes (sous commandement anglais) contre les Japonais en Birmanie, des scientifiques indiens eux participèrent au projet de bombe nucléaire Manhattan.

L’objectif pour les Etats Unis est clair et a été réaffirmé par le Vice Président Joe Biden dès le début de la session : « our goal is to be India’s best friend ». L’USIBC est l’association économique bilatérale la plus importante des Etats Unis avec plus de 300 entreprises indiennes et américaines. Le gouvernement américain voit le développement de sa relation avec l’Inde comme une priorité du 21ème siècle, reconnaissant ainsi son rôle régional, voire international, aussi bien sur le plan économique que stratégique ou diplomatique.

Si l’USIBC est une organisation professionnelle, elle est directement coordonnée avec les actions diplomatiques et économiques du gouvernement et de l’administration américaine, depuis 40 ans quelques soient les orientations politiques des deux pays. La session annuelle est sous le patronage des ministres concernés avec en clôture les 2 chefs d’état. Les secteurs économiques couverts vont de la défense aux sciences de la vie, de l’énergie à l’agriculture en passant par les technologies de l’information ou les infrastructures.

Si tous les secteurs sont traités, l’objectif étant d’aplanir les obstacles et d’identifier les opportunités, le cœur du dialogue indo-américain reste l’énergie et la défense. L’Inde vient d’annoncer l’achat d’hélicoptères Apache et Chinook de Boeing avec probablement une part de production locale dans le cadre de la politique du « Make In India ». Dans le domaine énergétique, au-delà d’une coopération continue dans le nucléaire, l’Inde et les Etats Unis discutent sur les énergies renouvelables et le réchauffement climatique.

Ce haut niveau de discussions régulières a permis de faire des Etats Unis la première destination des exportations indiennes. A l’inverse les Etats Unis ne sont que le 5ème partenaire commercial de l’Inde derrière la Chine, les Emirats Arabes Unis, l’Arabie Saoudite et la Suisse. Les Etats Unis veulent faire de l’Inde un partenaire économique de premier rang mais misent surtout sur la position géostratégique de celle-ci en Asie pour contrebalancer l’influence de la Chine dans la région. Malgré ces considérations, l’Inde continue à développer une approche spécifique.

L’Inde ne peut se passer de la Chine, celle-ci investissement massivement dans son industrie, mais doit en même temps contrer les tentatives d’expansions territoriales de son voisin. Donc dans une politique de diversification de ses partenaires, la Russie étant toujours très présente, l’Inde donne l’impression de se rapprocher des Etats Unis. L’Europe n’est pas un partenaire en tant que tel, bien que chacun de ses membres soit présent en Inde. La France pourrait s’inspirer de l’USIBC pour développer ses relations, également anciennes et stratégiques, avec l’Inde.

En effet, l’Inde, au travers de sa politique « Make in India », peut sembler imposer des conditions contractuelles jugées par certains « excessives » (offsets de 30 à 50% du montant des contrats, transferts de technologies). Elle n’est pas le seul pays à avoir cette approche pour développer son industrie/économie mais ces conditions sont connues à l’avance par les industriels cherchant à gagner des appels d’offres. La différence entre concurrents est désormais de respecter voire devancer ces conditions (comme proposé par Angela Merkel lors de sa visite d’état) ou non.

Même si l’Inde ne s’est jamais laissée enfermer dans une relation « mono latérale », elle ne peut ignorer les Etats Unis, tant ceux-ci sont importants sur les plans économiques, diplomatiques ou militaires. Si elle réaffirme sa présence à l’échelle régionale, et si de nombreux pays la courtise, elle n’est pas encore une grande puissance militaire ni un acteur diplomatique central, hormis l’attention qu’on lui porte à Paris, Moscou, Tokyo ou Pékin, à chaque fois pour des raisons différentes ayant le plus souvent trait à leurs propres intérêts.

Geopolitics and the Northern Sea Route

Build in the USA!

U.S. Could Add 5 Million Manufacturing Jobs by 2020

The United States is becoming a one of the lower-cost manufacturing centers in the world, according to a new study by the Boston Consulting Group (BCG). Low labor and energy costs are expected to continue making the U.S. more competitive and could lead to as many as 5 million new manufacturing jobs in the U.S. by 2020. BCG also notes that U.S. exports have grown by 30% since 2006.

Organized Retailing in India – Challenges and Opportunities

Seabed resources or strategic trade routes approach?

Philippines sends more troops to guard disputed islands

The Philippines has deployed 800 more Marines and opened a new headquarters to guard its interests in the disputed Spratlys islands, which China also claims …