L’artillerie de montagne Indienne: équipements et politiques

De 1858 à la fin de la 1ère Guerre Mondiale, et même pendant l’entre deux guerres, l’artillerie de l’Armée des Indes se résume à l' »Indian Mountain Artillery » équipée avec des « screw guns » cités par Rudyard Kipling: canons de 2.5 pouces transportés en plusieurs pièces et assemblés au besoin. Certaines de ces pièces resteront en service jusque dans les années 60 où elles seront remplacées par des pièces de 3.7 pouces mais dont le canon est toujours transporté à dos de mules en 2 éléments. Il s’agit toujours de pouvoir atteindre les montagnes reculées de la « North West Frontier«  qui après la 2ème Guerre Mondiale sera la ligne de combat contre le Pakistan.

http://www.kiplingsociety.co.uk/rg_screwguns1_p.htm

Screw Gunners – The Kilpling Society

Dans cette région, si l’artillerie est un avantage au combat, la configuration du terrain rend quasiment impossible l’utilisation de pièces lourdes montées sur roues. Des écrits relatent néanmoins l’emploi de l’artillerie dès le 18ème siècle, portée par des éléphants, des chevaux et même des chameaux! Durant son administration, la « East India Company » (EIC) utilisait des coolies pour déplacer ses pièces. Ce port à dos d’hommes est resté en usage jusqu’au début du 20ème siècle, par exemple au sein des bataillons « Gurkha » de l’état d’Assam. L’usage de la mule devient fréquent dès le 19ème siècle, usage en provenance des guerres Napoléoniennes en Espagne.

http://www.kiplingsociety.co.uk/rg_screwguns1_p.htm

Les cadres de l’artillerie des Indes étaient majoritairement issus de la « British Royal Artillery » (BRA), ainsi que des officiers locaux (« Viceroy’s Commissioned Officers« ). Le service dans cette arme était prisé car il garantissait d’aller au combat. Si l’artillerie a été utilisée en Inde depuis le 14, l’arme de l’artillerie, post 1947, est issue de l’Armée des Indes, même si certaines traditions sont plus anciennes. Avant la 1ère Guerre Mondiale, l’ordre de bataille de l’artillerie est de 6 batteries héritées de l’EIC, 6 batteries créées pendant la grande mutinerie, 8 batteries de la BRA, et de l’artillerie des « Indian State Forces« , issues des états princiers.

Bahawalpur Princely State Infantry – Delhi 1903

Durant la 1ère Guerre Mondiale, si des troupes indiennes vont combattre en Europe, la majeure partie du million d’hommes levé servira en Mésopotamie (700000 soldats et 75000 morts), mais aussi en Egypte, en Palestine et en Afrique de l’Est allemande. Des 12 batteries d’artillerie de montagne d’origine, 6 seront envoyées sur les fronts et au total 29 existeront à la fin du conflit. Deux en particulier serviront à Gallipoli (1st Royal et 6th Jacobs), sur les 15000 Indiens aux côtés de l’ANZAC.  En Mésopotamie, en Perse, l’artillerie indienne fut engagée pour protéger les champs pétrolifères, ainsi que dans le Nord Ouest de l’Inde, toujours instable.

Troops from the Indian Mule Corp at Gallipoli (Image: Australian War Memorial)

Troops from the Indian Mule Corp at Gallipoli (Image: Australian War Memorial)

L’artillerie de l’Armée des Indes fut à nouveau mise à contribution pendant la 2ème Guerre Mondiale avec en 1945 10 régiments d’artillerie de campagne, 13 régiments de montagne, 10 régiments anti-tanks, et 9 régiments anti-aérien. Au moment de la partition avec le Pakistan, l’artillerie, comme les autres composantes des armées, fut répartie entre les nouveaux pays. Dès lors, l’artillerie devait prendre part à toutes les guerres de l’Inde contre le Pakistan, la Chine, le Portugal ou au Sri Lanka. C’est aujourd’hui une des armes les plus importantes, avec 190 régiments équipés de matériels de technologies et provenances différentes.

Indian soldiers drag artillery over rocky terrain

L’Inde opère ainsi de l’artillerie auto-propulsée Anglaise (FV433 Abbot) mais aussi Russe (2S1 Gvozdika) et Sud-Coréenne (K9 Thunder), ainsi que de l’artillerie principalement tractée Russe (S23, D30, M46,) mais aussi Suédoise: les canons Bofors de 155mm, surtout connus pour le scandale de corruption qui les entourent et sa conséquence politique, impliquant Rajiv et Sonia Gandi. Si l’Inde veut diversifier ses relations politiques, dans une perspective économique ou diplomatique à l’échelle internationale, cela passe presque toujours par un achat de matériels, logiquement variés.

Canon Bofors durant la guerre du Kargil en 1999

Canon Bofors durant la guerre du Kargil en 1999

Ceci s’oppose à une autre volonté de moderniser ses équipements tout en rationalisant sa chaîne logistique et de soutien, tout en voulant développer son industrie de défense: programmes dits « indigènes » (le Dhanush: l’arc de Shiva) ou stratégie du « Make in India« . Si l’artillerie est moins diversifiée dans ses équipements que la cavalerie blindée, ou moins ouverte à la concurrence internationale comme l’armée de l’Inde, elle reste essentielle face au Pakistan ou même à la Chine. Et dans l’attente de l’entrée en service du Dhanush, l’Inde a décidé d’acheter 145 canons américains M777, nouveau signe du développement de la coopération Inde-USA.

Canon Dhanush dérivé du canon Bofors suédois

Canon Dhanush dérivé du canon Bofors suédois

L’annonce de ce contrat, d’un montant supérieur à 1 milliard de dollars, a été faite durant la 15ème réunion du « India-Us Military Co-operation Group » (MCG). Le MCG s’inscrit dans le cadre du dialogue bilatéral établi depuis 2001. Si 25 canons seront directement livrés en condition d’emploi, les 120 suivants seront assemblés en Inde dans la coopération mise en place entre BAE Systems et Mahindra. Il s’agit donc d’un programme « Make in India », avec production sur place, ce qui lui donne une dimension industrielle et politique, comme de plus en plus souvent avec les Etats-Unis.