La relation Inde – Etats Unis

President Obama and Prime Minister Modi at India Republic Day parade.

President Obama and Prime Minister Modi at India Republic Day parade.

En ce jour de fête nationale en Inde, le Republic Day, le Président Obama est l’invité d’honneur des festivités. Si sa présence est symbolique, c’est la première fois qu’un président américain est invité ce jour là, il est avant tout venu avec un « agenda » chargé du point de vue économique. Avec une relation aux multiples aléas depuis l’indépendance, l’Inde et les Etats Unis ont établi de nombreuses coopérations, dans la recherche, l’industrie, ou la défense mais ne sont pas encore les partenaires les plus proches. L’Inde maintient sa propre politique étrangère, et coopérations, avec des pays comme la Russie ou l’Iran et la Chine. Les Etats Unis veulent faire de l’Inde leur soutien en Asie Pacifique pour contenir l’expansion de la Chine. Mais celle-ci est le premier partenaire commerciale de l’Inde, malgré de nombreux points de tensions territoriales. Et la Russie reste le premier vendeur d’arment, et d’usines nucléaires, en Inde.

Ces différents points sont au programme de la visite du Président Obama. Dès son arrivée, le Président Américain et le Premier Ministre Indien ont annoncé la signature d’un accord pour débloquer des milliards de dollar dans le domaine nucléaire, dans la continuation du premier accord signé en 2005. La priorité en matière de défense n’est pas tellement de vendre du matériel américain à l’Inde, bien qu’il y ait des contrats pour des avions de surveillance, de transport et les hélicoptères, mais de développer des matériels en commun. L’Inde est particulièrement intéressée par le domaine des drones et des porte-avions, équipements dont elle a besoin pour accroitre ses capacités de contrôle de ses frontières terrestres et de projection de ses forces maritimes. Sur ce dernier point, et dans le cadre de la Defence Technology and Trade Initiative (DTTI), l’Inde et les Etats Unis envisage une coopération sur le développement de la nouvelle génération de catapulte électromagnétique (Electromagnetic Aircraft Launch System – EMALS).

Si l’Inde opère déjà deux portes avions, ils ne sont pas munis de catapultes, équipement clé pour déployer rapidement la force aérienne embarquée. L’Inde doit renforcer sa marine pour faire face au déploiement, de plus en plus proche de ses frontières et zones économique maritimes, de la marine Chinoise. Les autres domaines de coopération envisagés dans le DTTI sont les moteurs d’avions et les l’amélioration des Hercules C130J. Le domaine du partage de renseignement, pour le contre-terrorisme (Al Qaeda dans le sous continent indien), et la cyber-sécurité font également partie des discussions. Les Etats Unis et l’Inde ne sont pas forcément d’accord sur la politique à mener vis-à-vis du Pakistan et de l’Afghanistan. Même si ces questions de politiques étrangères sont moins abordées que les domaines économiques, elles sont importantes pour les deux pays. Enfin des questions comme les énergies traditionnelles, renouvelables et les changements climatiques, sont à l’ordre du jour.

Cette visite a été préparée, et annoncée, longtemps à l’avance aussi bien par la visite de délégations américaines dédiées à chacun des domaines abordées mais surtout par sa médiatisation. Des dizaines d’articles ont été, sont, et seront publiés sur ces sujets. Il faut également mettre les annonces déjà faites en parallèle de la politique indienne du « make in india » qui tends à favoriser les industries locales, par l’acquisition de technologies et savoirs faire, dans un premier temps par leur implication dans les grands contrats publics ouverts à la compétition internationale, puis dans un deuxième temps par leurs exportations, et fusions-acquisitions, sur des marchés comme l’Afrique, l’Amérique du Sud ou l’Europe. L’Inde se positionnant comme une puissance militaire régionale et ambitionnant un rôle diplomatique international, les Etats Unis devrait favoriser ce partenariat, les deux pays ayant une politique de plus en plus tournée vers l’Asie.

%d blogueurs aiment cette page :